JEUDI 21 JUILLET 2016

Place des Tonneliers 34140 Mèze
Sur le port – Ouverture site 19h30

Tarifs 13 à 35 € 
Acheter des billets

Mise en ambiance avec :
Les oreilles de P’ears

♦ France

Programmateur, P’ears a fait de la recherche musicale son métier. S’inspirant de tous les genres et de toutes les géographies, son univers vous transporte à travers le monde. Ses oreilles ont été nourries par FIP, Radio Nova, Le Mellotron, des sons de Gilles Peterson à ceux du très regretté Rémy Kolpa Kopoul ou encore d’Andrew Jervis.

Curateur sur sa page « Les Oreilles de P’ears » et pour son émission « Escale à… » sur LeMellotron.com, sa sélection pour le festival s’imprègnera de l’univers des artistes qu’il accompagnera, avec notamment une spéciale Mali.

Erik Truffaz quartet

♦ France

Nouvel album Doni Doni (janvier 2016)

Nouveau casting, nouvelle énergie, nouveau son ; après 3 ans d’absence discographique, le nouvel Erik Truffaz Quartet est de retour  ! Marc Erbetta, le batteur historique du groupe, cède désormais sa place à du sang neuf en la personne d’Arthur Hnatek, jeune musicien émigré depuis plusieurs années à New York et qui officie notamment avec Tigran Hamasyan. Nouvelles influences aussi, après la collaboration avec la compagnie de danse sud-africaine Vuyani et le spectacle Kudu qu’ils ont monté et tourné ensemble ces deux dernières années.

Dans ce dernier album, toujours à la frontière du jazz et de la pop instrumentale, le Erik Truffaz Quartet, fidèle à une tradition établie depuis plusieurs albums, invite deux voix à cette communion des mots et des notes : Rokia Traoré et Oxmo Puccino. La chanteuse malienne viendra envoûter trois chansons de son timbre doux et mystérieux, alors qu’Oxmo Puccino, que l’on trouvait déjà sur le DVD « Paris Tour », posera sa voix sur un titre. Deux personnages, deux artistes, deux caractères vocaux diamétralement opposés, que la musique du Erik Truffaz Quartet va pourtant réunir et fusionner.

Et nous aurons la chance, au festival de Thau, d’accueillir le même soir sur le même plateau, Erik Truffaz et Rokia Traoré, chacun venant présenter son concert… L’occasion d’une nouvelle rencontre ? En tous cas, deux univers qui se rapprocheront pour le plaisir de nos yeux et de nos oreilles !

Erik Truffaz : trompette / Arthur Hnatek : batterie
Marcello Giuliani : basse / Benoît Corboz : clavier

Rokia Traoré

♦ Mali

Nouvel album Né So (février 2016)

«Grande et magnifique Afrique, au corps blessé, chantée par une voix qui bouleverse. Une voix du Mali, devenue au fil du temps une voix de l’Afrique. Une voix guidée par le destin, elle qui a eu le courage de le défier en passant outre la tradition malienne».  France Inter

“Un but doit avoir sa raison / A la base de toute réussite il y a une raison / A la  base de tout échec il y a un but sans raison.”
Tels sont les mots, fiévreusement chantés en bambara, qui ouvrent Kenia,  l’un des titres de Né So (“Chez moi”), le sixième album de Rokia Traoré. Le monde, selon Rokia Traoré, est à l’image des pièces qui composent Né So, et notamment de sa chanson-titre qui, telle une saisissante eauforte, décrit en quelques strophes la détresse des peuples déracinés de force… Chargé de douleurs et de joies, traversé d’épreuves et d’espoirs, il est couvé par un regard qui, même dans la plus grande adversité, refuse de céder à la tentation de la dramatisation comme de la résignation.

Pour la réalisation de ce sixième album l’artiste malienne a coopéré à nouveau avec John Parish qui fût en charge de la production artistique de l’album Beautiful Africa, et s’est entourée d’une équipe de musiciens africains associés à Mamah Diabaté et Stefano Pilia qui avaient déjà participé à l’enregistrement de l’album Beautiful Africa. John Paul Jones et Devendra Banhart font également partie des invités.

Auréolée de nombreux prix, militante permanente Rokia Traoré est probablement l’une des artistes africaines les plus médiatiques dans le monde. Inspirée par ses racines et ses nombreux voyages en Algérie, en Arabie Saoudite, en France et en Belgique, la chanteuse fusionne toutes ces cultures sur scène, créant un univers unique.

Rokia Traoré a créé la Fondation Passerelle. Elle a pour but de soutenir le processus d’organisation et de développement de l’économie de la musique et des arts de la scène au Mali :  rokiatraore.net/fondation-passerelle

Rokia Traoré : chant, guitare / Bintou Soumbounou : chant
Mamah Diabaté : n’goni / Matthieu N’Guessan : basse
Stefano Pilia : guitare / Moise Ouattara : batterie

« Rokia Traoré, le rock à Sahel ouvert » – Portrait Libération 24/02/2016
Didier Varrod présente Né So – France Inter 22/02/2016
« La condition humaine selon Rokia Traoré » – Fip 09/02/2016